Connect with us

Uncategorized

Simeone a-t-il perdu son fluide à l’Atlético ?

Crise de foi à l’Atlético Madrid: Diego Simeone, gourou des « Colchoneros », traverse la période la plus délicate de ses dix années de mandat mais l’entraîneur argentin espère lever ces doutes mercredi contre Manchester United en huitièmes de finale aller de Ligue des champions (21h00).

Deux éliminations coup sur coup en Supercoupe d’Espagne et en Coupe du Roi (8es de finale), déjà sept défaites concédées en Liga et 34 buts encaissés en 25 matches, le tout malgré les 77 M d’EUR dépensés au mercato... Le champion d’Espagne en titre a perdu de sa superbe.

Depuis fin novembre, la saison de l’Atlético a tourné au vinaigre. Et après chaque désillusion, Simeone est apparu en conférence de presse pour affirmer que « le principal responsable », c’est lui.

La saison dernière, le totémique technicien argentin de l’Atlético avait réussi à adapter son système de jeu ultra-défensif aux caractéristiques de ses nouveaux talents offensifs (Marcos Llorente, Joao Felix, Luis Suarez…) pour mener son équipe vers le titre de champion d’Espagne. Mais cette saison, le « Cholo » peine à trouver la clé.

« On va garder Simeone »

En décembre, l’Atlético a enchaîné quatre défaites en Liga, du jamais vu sous l’ère Simeone. Et plus récemment, le cinglant revers 4-2 au Camp Nou contre le Barça le 6 février, combiné à la déroute 1-0 à domicile contre la lanterne rouge Levante mercredi, ont semé le doute chez les Rojiblancos.

Selon la radio espagnole Cadena Ser, les dirigeants de l’Atlético Madrid ont envisagé de chercher un remplaçant à Diego Simeone à l’issue de la saison. Une information inédite depuis le début du règne du « Cholo » sur le banc rojiblanco, en 2011, et démentie par le club.

« Le fait que Simeone cesse d’être l’entraîneur de l’Atlético Madrid ne nous a même pas traversé l’esprit. Ce ne serait ni juste, ni logique de chercher un autre entraîneur. On va garder Simeone pour un moment encore », a coupé le président Enrique Cerezo sur la radio Cadena Cope, dans la nuit de lundi à mardi.

Vendredi, avant la session d’entraînement, Miguel Angel Gil Marin, l’actionnaire majoritaire et directeur général du club, a réuni durant vingt minutes les joueurs et l’encadrement au centre d’entraînement de l’Atlético à Majadahonda (banlieue ouest de Madrid), pour faire un point sur la situation et haranguer les joueurs pour le sprint final de la saison.

Dans un communiqué diffusé dans la foulée sur le site du club, Gil Marin a affirmé être « serein »: « Nous avons l’obligation de garder la tête froide et d’analyser tranquillement la situation. Ce n’est pas la première fois que nous vivons une telle situation ».

« Cela faisait quelque temps que l’on souffrait en défense, dans des situations où l’on se sentait auparavant à l’aise. Mais on a réussi à retrouver de la sécurité, et en plus l’équipe a du talent et marque des buts », a réagi Simeone après la victoire 3-0 de l’Atlético contre Osasuna samedi, qui a redonné un élan à tout un club quatre jours avant les retrouvailles avec Cristiano Ronaldo et Manchester United.

« Le coup de massue (contre Levante, NDLR) nous a fait mal. Mais en quelques jours, il y a eu une très bonne réaction. Cette équipe a toujours soif de victoire« , a souligné Simeone.

L’entraîneur le mieux payé d’Espagne (40,5 M d’EUR bruts par an selon la presse), qui est aussi celui qui a remporté le plus de titres dans l’histoire de l’Atlético, dont deux Ligues Europa (2012, 2018), a prolongé l’été dernier son contrat jusqu’àu 30 juin 2024. Partira-t-il avant ? Restera-t-il plus longtemps ? Le choc contre les Mancuniens, mercredi, devrait livrer les premiers éléments de réponse.

 

A lire aussi: Contre une de ses proies préférées, Ronaldo a les crocs

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Advertisement

Facebook

More in Uncategorized