Connect with us

Cameroun

Jean-Claude Mbede : « les employés de la Fecafoot doivent cesser d’être humiliés pour l’image et l’aura de bonne gouvernance du président »

Samuel eto’o a fixé des objectifs élevés pour les Lions Indomptables pour la Coupe du Monde 2022

Le journaliste critique aussi l’omniprésence de l’actuel président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

Avec le dernier licenciement de Liliane Mbog Binyet,  l’ancienne chef du département Marketing de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), le journaliste Jean-Claude Mbede attire l’attention de l’opinion sur le mauvais management qui prévaut actuellement à Tsinga.

« Gouvernance par le buzz et l’humiliation !  Les employés de la Fecafoot doivent cesser d’être humiliés ou servir de cobaille pour l’image et l’aura de bonne gouvernance du président. J’ai lu qu’une employée (Cadre!) a été  licenciée pour “soupçons de malversations financières!”, selon les termes mêmes de la note signée par le président. Mais pourquoi les services juridique et communication laisse t’ils le président Samuel Eto’o commettre de telles dérives ? », questionne l’homme de média.

Justice équitable

« Devant n’importe quel tribunal, la Fecafoot ne peut triompher. Dans un état de droit, on n’établit pas de malversations financières sans audit et sans enquête. Et la présomption d’innocence est un principe sacro-saint qui est ouvertement violé dans ce cas.  Le message qui s’en dégage est que, une mère, une jeune, une citoyenne est jetée à la vindicte populaire sans avoir été jugée par aucun tribunal », ajoute-t-il.

« Quand on gère une structure, et que l’on a des soupçons de malversations financières d’un collaborateur, on le suspend avec l’aide (dans ce cas du Bureau exécutif) et on saisit les structures internes d’audit d’abord, et les juridictions compétentes ensuite pour que l’intéressée puisse avoir droit à une justice équitable et puisse se défendre.  Les pouvoirs d’un dirigeant se courbent devant la loi. À la Fecafoot Samuel Eto’o signe tout. Même les petites notes que devraient signer les chefs de bureau. Ça gâte tout le travail qui est fait. Dommage. C’est ce que j’appelais manque d’expérience! », précise Jean-Claude Mbede.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Advertisement

Facebook

More in Cameroun