Réaction de Samuel Eto’o concernant la rétention des internationaux africains par les clubs français

0
36
samuel eto'o

L’ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun, Samuel Eto’o, s’exprimait à propos de la rétention des internationaux africains.

La polémique née de la décision des clubs français de retenir les joueurs étrangers convoqués en sélection nationale dans le cadre de la trêve internationale s’est finalement tassée. En effet a LFP avait annoncé que tous les joueurs convoqués pour des matches en dehors de la zone européenne avec leur sélection nationale durant la trêve internationale ne seront pas libérés. Une annonce qui a vivement fait réagir, notamment du côté de l’Afrique. Privés de leurs internationaux alors que doivent se jouer deux journées comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021, les sélections africaines se retrouvent fortement pénalisées.

Vendredi dernier, en marge de son intronisation au panthéon des docteurs Honoris Causa de l’Ecole de Commerce de Lyon, samuel eto’o a été invité par nos confrères d’Africanews à décrypter l’attitude des clubs français vis-à-vis des internationaux africains. Comme à son habitude, le quadruple ballon d’or africain n’a pas mâché ses mots.

«Je voudrais comprendre. Je pense que le véritable problème ne se situe pas en Afrique, le problème se situe plutôt en Europe maintenant, en souhaitant priver ses équipes nationales de leurs joueurs. Je dirais que si j’étais président d’une fédération, je prendrais des mesures qui ne permettront pas à ces joueurs de jouer en club. Mais comme je ne le suis pas et que je reste juste un amoureux du ballon, je regarde sans avoir beaucoup trop de force», a-t-il déclaré.

Mais finalement les sélections africaines vont profiter de la dérogation accordée samedi par les autorités françaises pour pouvoir compter sur plusieurs joueurs évoluant dans l’Hexagone à l’occasion des deux dernières journées, décisives, des éliminatoires de la CAN 2021.

L’ecrivaine Calixthe Beyala profite de cette sortie de Samuel Eto’o  et remet en exergue le problème de double nationalité , pour elle : « si on devait exclure les binationaux, Eto’o Fils ne serait pas Camerounais »

Calixthe Beyala et samuel eto'o

Dans un post ce lundi 22 mars 2021 sur sa page Facebook, Calixthe Beyala, revient sur la question de la double nationalité dans notre pays. « Si au Cameroun, on devait exclure les Binationaux comme aiment à le faire certains fascistes camerounais, il ne resterait plus grand monde en terme de sportifs; de littéraires et autres célébrités ! », écrit l’auteure de « l’homme qui m’offrait le ciel ».

Vu sous cet angle, plusieurs de nos icônes peuvent perdre la nationalité camerounaise. « Ainsi désolée, Eto’o fils ne serait pas Camerounais ; Noah non plus ! Mongo Beti ne serait pas Camerounais, moi non plus ; Eléonora Miano ne serait pas camerounaise ; Roger Milla non plus. Bah, si on devait exclure les binationaux, il ne resterait pas grand monde pour représenter le sport camerounais, sa littérature et sa musique », poursuit celle-ci, avant de militer pour l’adoption de la double nationalité.

« Alors, les gars, acceptez vos frères. De toutes les façons, les femmes ont systématiquement la double nationalité… Les hommes devraient l’avoir aussi », a-t-elle conclu. Cette sortie de l’écrivaine intervient après une analyse critique du doctorat Honoris Causa de Samuel Eto’o. « Le doctorat honoris causa.  J’en parle, car quelqu’un m’a interpellée sur celui décerné à Eto’o Fils.  Les universités à travers le monde ont toujours décerné ce titre honorifique aux chanteurs, sportifs et bien d’autres corps de métiers non liés aux connaissances livresques. Il s’agit d’une reconnaissance relative à sa réussite professionnelle dans le domaine où il excelle », a-t-elle expliqué.

« Une manière pour cette école de commerce de lui dire son admiration, retenez bien, une école de commerce : il me semble qu’Eto’o n’est pas le plus grand vendeur des cacahuètes du monde !  Ainsi, Eto’o ne remplacera pas un professeur d’université, un scientifique ou un écrivain. Le dire est en réalité, une absurdité. Il ne deviendra pas Fame Ndongo ou Maurice Kamto, ou encore Mongo Beti avec ce titre. On salue à travers ce titre,  sa réussite  en tant que footballeur… On a beau dire, il a été le meilleur de sa génération. Bravo l’artiste », concluait celle-ci.

A lire aussi: CAN 2021 : la CAF disqualifie le Tchad, la Guinée sous pression, le Cameroun sans son Capitaine!