NBA : Les potentiels trades à une semaine de la deadline

0
35
nba

NBA – Peu d’acheteurs, beaucoup de vendeurs et des prix logiquement en chute libre. L’activité autour de la deadline des transferts NBA, jeudi prochain, promet d’être assez faible. Mais il y a toujours de bonnes affaires à saisir pour les dirigeants qui se montreront les plus créatifs et les plus persuasifs.

Kyle Lowry (Toronto Raptors)

nba

Peut-être le nom le plus prestigieux qui revient avec insistance dans les discussions depuis plusieurs semaines. Les rumeurs vont bon train au sujet du meneur des Raptors mais les informations rapportées sont contradictoires. Certains insiders assurent qu’il ne sera pas échangé et d’autres l’annoncent déjà ailleurs. Sa situation contractuelle est à l’origine de toutes les spéculations. En effet, le joueur de 34 ans sera libre de signer où bon lui semble l’été prochain. Si la franchise canadienne le conserve, elle prendra le risque de le voir partir sans contrepartie.
Tout dépend finalement du message que Lowry va envoyer à ses employeurs. S’il fait signe qu’il est prêt à rester à Toronto, alors les Raptors ont intérêt à conserver celui qui représente vraiment leur organisation depuis plusieurs saisons. Dans le cas inverse, alors ils feraient mieux d’écouter les offres. Le Heat et les Sixers seraient très intéressés. Même si un échange semble difficile à mettre en place : l’ancien champion NBA perçoit encore 30 millions de dollars.
L’équipe idéale pour lui : Il serait vraiment intéressant à Philadelphie. Il renforcerait considérablement l’effectif à la mène tout en complétant Ben Simmons. Le vétéran apporterait son adresse, sa défense, sa ténacité mais aussi son expérience à un groupe qui espère bien aller le plus loin possible en playoffs mais qui manque d’un vrai leader de vestiaire.

Andre Drummond (Cleveland Cavaliers)

nba

Capable du meilleur comme du pire sur le terrain, Andre Drummond n’est plus le bienvenu à Cleveland. Le joueur et la franchise ont décidé de mettre fin à leur collaboration et le pivot de 27 ans est à l’écart du groupe en attendant sa nouvelle destination. Les Lakers et les Nets suivraient la situation de l’ancien All-Stars mais de nombreuses équipes pourraient chercher à le signer… s’il venait à être coupé. Sauf que les Cavaliers ne désespèrent pas à l’idée d’obtenir une contrepartie même minime comme un second tour de draft. Avec un contrat expirant à 28 millions de dollars, ça risque d’être bien compliqué.
L’équipe idéale pour lui : Brooklyn aurait bien besoin d’un grand capable de protéger le cercle… Mais dans son propre intérêt, c’est peut-être encore mieux de signer aux Lakers. Marc Gasol déçoit depuis son arrivée à Los Angeles et les champions en titre se chercheraient un nouvel intérieur. Surtout avec l’absence prolongée d’Anthony Davis.

LaMarcus Aldridge (San Antonio Spurs)

MIAMI, FL – NOVEMBER 07: LaMarcus Aldridge #12 of the San Antonio Spurs reacts against the Miami Heat at American Airlines Arena on November 7, 2018 in Miami, Florida. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. (Photo by Michael Reaves/Getty Images)
Comme pour Drummond, LaMarcus Aldridge sait déjà qu’il ne jouera plus avec sa franchise actuelle. Les Spurs et les représentants du joueur cherchent désormais à se mettre d’accord sur la sortie adéquate. L’idéal serait un transfert mais ça paraît finalement peu probable. Parce qu’à 35 ans et avec 24 millions la saison – son contrat expire cet été – aucune franchise ne veut sacrifier des atouts pour le récupérer. Les Texans pourraient donc se pencher vers une rupture de son deal pour le laisser libre… après la deadline.
L’équipe idéale pour lui : Phoenix ou Portland. Une équipe de l’Ouest outsider qui ajouterait du scoring à son banc.

John Collins (Atlanta Hawks)

ATLANTA, GA – FEBRUARY 20: John Collins #20 of the Atlanta Hawks reacts during the first half of an NBA game against the Miami Heat at State Farm Arena on February 20, 2020 in Atlanta, Georgia. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and/or using this photograph, user is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. (Photo by Todd Kirkland/Getty Images)
Malgré une saison à 21 points et 10 rebonds l’an dernier et malgré son jeune âge (23 ans), John Collins n’est pas forcément désiré à Atlanta. Il renvoie l’impression du joueur qui fait des statistiques sans forcément faire gagner son équipe. En tout cas, les Hawks restent à l’écoute des offres puisqu’ils ne sont pas spécialement partants pour le signer cet été, une fois que son contrat rookie sera arrivé à son terme.
L’équipe idéale pour lui : Son profil est particulier. Du coup, il est difficile d’imaginer avec quel pivot il peut s’associer. Il peut éventuellement briller au Thunder, qui a la réputation de développer ses jeunes talents.

Harrison Barnes (Sacramento Kings)

Si les Kings sombrent une fois de plus au classement de la Conférence Ouest, Harrison Barnes sort, à 28 ans, l’une des meilleures saisons de sa carrière. L’ailier s’affirme comme une valeur sûre à son poste où il jongle entre scoring (16 points), rebonds, création, adresse à trois-points et défense. Les ingrédients d’un élément intéressant pour n’importe quelle franchise ambitieuse. C’est pourquoi les regards sont d’ailleurs braqués sur lui à l’approche de la deadline.
Sacramento va enclencher une énième fois un processus de reconstruction et les dirigeants peuvent surfer sur la cote à la hausse de leur vétéran pour l’échanger contre un tour de draft ou des jeunes joueurs peu utilisés au sein d’une équipe mieux classée. Les Celtics montreraient un intérêt pour l’ancien champion NBA, notamment parce qu’ils peuvent absorber son salaire (22 millions) avec leur « trade exception. »
L’équipe idéale pour lui : Miami aurait bien besoin d’un poste trois-quatre capable de contribuer des deux côtés du parquet. En plus, le Heat possède quelques contrats expirants (Kelly Olynyk, Meyers Leonard) voire même un jeune (Kendrick Nunn) à envoyer en contrepartie.

Evan Fournier (Orlando Magic)

Le Magic connaît une saison très compliquée après deux qualifications consécutives en playoffs. Les Floridiens, perturbés par de nombreuses blessures, ne sont pas juste rentrés dans le rang, ils ont chuté à l’avant-dernière place de la Conférence Est. Du coup, la franchise pourrait tout simplement accélérer son processus de reconstruction en se séparant de plusieurs cadres d’ici la semaine prochaine ! Nikola Vucevic, Terrence Ross, Aaron Gordon ou encore Evan Fournier, tous sont susceptibles de changer d’uniforme.
Le cas du Français est particulier vu que, contrairement à ses coéquipiers, il sera libre sur le marché en juillet. De quoi donner une raison supplémentaire au Magic de le transférer. Même si, à l’inverse, son contrat expirant peut décourager les équipes intéressées de peur qu’il signe ensuite ailleurs cet été. Orlando pourrait demander un premier tour de draft en l’échange de l’un de ses meilleurs joueurs. Pas sûr cependant que les négociations aboutissent.
L’équipe idéale pour lui : Toronto ! Evan Fournier mérite de jouer pour une formation un peu plus compétitive, même si les Raptors connaissent eux aussi un exercice délicat. Il a le profil pour s’inscrire dans le projet de la franchise de l’Ontario, où il collerait bien avec Fred VanVleet ou Pascal Siakam.

Victor Oladipo (Houston Rockets)

Déjà échangé plus tôt dans la saison, Victor Oladipo ne veut pas forcément rester aux Rockets. La franchise texane est complètement à la ramasse et elle reste sur dix-sept défaites de suite, triste série en cours. Les dirigeants pourraient être tentés de céder l’un de leurs meilleurs joueurs avant que celui-ci se retrouve sur le marché cet été.
L’équipe idéale pour lui : Les Clippers peuvent-ils remplacer Lou Williams par Victor Oladipo ? Si jamais ce dernier accepte de sortir du banc, avec un rôle de sixième homme de luxe, il jouerait sans pression, un peu à la manière de Jordan Clarkson à Utah. Oladipo est un ancien All-Star mais, après des pépins physiques à gogo, c’est peut-être le profil qui lui correspond le mieux. Et il ferait beaucoup de bien à L.A. tout en étant un défenseur bien plus solide que Williams.