Ligue 1 : Lyon enfonce Nantes et reste dans la course au titre

0
70
lyon
Publicité

Quatre équipes en trois points ! Tel est l’état de la course au titre à cinq journées de la fin, l’Olympique Lyonnais s’étant imposé à Nantes ce dimanche malgré une seconde période très médiocre

Lyon gagne en ne jouant qu’une mi-temps

Après une prestation aboutie face à Angers le week-end dernier, les Lyonnais sont retombés dans leurs travers et ont fait preuve d’inconstance face au FC Nantes ce dimanche (2-1). Dominateurs et dangereux, les Gones menaient logiquement à la pause. Après une entame de match pied au plancher, l‘OL ouvrait le score par l’intermédiaire de Depay, bien servi par Paqueta. Le capitaine lyonnais trompait Lafont d’un ballon piqué de l’extérieur du droit (0-1, 6e).
Les Nantais, impuissants et sans inspiration offensive, subissaient la loi du trio lyonnais. Un trio dans lequel chaque joueur remplissait parfaitement son rôle. Karl Toko Ekambi prenait la profondeur. C’est de cette manière que, servi par Paqueta, il devancait Lafont et obtenait un penalty (34e). Depay, placé à gauche mais très libre sur le terrain, se chargeait de la finition (0-2, 35e). Enfin Islam Slimani servait de point d’appui, aussi bien au sol que dans les airs. L’Algérien, gourmand d’efforts, a également porté main forte à Maxwell Cornet à plusieurs reprises en défense. Le tout orchestré par un Paqueta de gala, devant les deux aboyeurs Caqueret et Guimaraes, qui ont récupéré de nombreux ballons. L’issue du match semblait dessinée et on ne voyait pas comment les trois points pouvaient échapper aux Lyonnais.
Pourtant, les hommes de Rudi Garcia n’ont pas eu le luxe de vivre une fin de match tranquille.
La faute à un Nicolas Pallois auteur d’un match de patron. Défensivement, le défenseur central a su se montrer autoritaire et a été partout pour renvoyer le danger. Offensivement, il a redonné espoir aux Canaris en marquant un but de renard. Sur un corner, il poussait le ballon au fond des filets après une parade d’Anthony Lopes (1-2, 60e). La domination était nantaise mais stérile et les Lyonnais, trop maladroits devant, ne parvenaient pas à se mettre à l’abri. Conscient du danger, Rudi Garcia sortait le béton armé en passant à 5 derrière. Les trois points étaient assurés, et le wagon de tête rejoint, mais encore une fois, l’Olympique Lyonnais n’a joué qu’un demi-match. Il faudra sans doute faire preuve de plus de constance face à Lille le week-end prochain.

Le gagnant : Le récital Paqueta

Passes délicieuses, récupérations, petit pont. Lucas Paqueta a absolument tout fait ce dimanche. Sauf marquer. Dans un rôle de numéro 10 qui lui sied à ravir, le Brésilien, en plus d’être impliqué sur les deux buts des siens, s’est montré constant durant tout le match, lui. Souvent disponible dans l’axe, l’ancien joueur de Milan a dicté le tempo et a toujours fait les bons choix. À la 5e minute, il résistait au retour de Simon avant de servir à merveille Depay pour l’ouverture du score.
A la 35e, il glissait un bon ballon dans l’intervalle à Toko Ekambi qui obtenait le penalty. Facile sur le terrain, comme lorsqu’il contrôlait de la poitrine à l’entrée de la surface de lyon avant de trouver son gardien à l’aveugle, le milieu de 23 ans aurait pu finir le match avec au moins trois passes décisives tant il a su trouver ses attaquants dans de bonnes situations. Mais ni Depay (52e), ni Toko Ekambi (55e) ne réglaient la mire. Du grand Paqueta, encore une fois.

Le perdant : Coulibaly dépassé

Pour la première fois depuis janvier, Kalifa Coulibaly était titulaire avec le FC Nantes. Le choix d’Antoine Kombouaré n’a malheureusement pas été payant pour les Canaris. Le Malien a fait preuve de beaucoup trop de maladresses pour espérer peser sur la rencontre. Lorsqu’il n’était pas battu par Marcelo ou Denayer dans les airs, le joueur faisait systématiquement le mauvais choix. A la 31e minute, alors qu’il avait pris de vitesse Marcelo, l’avant-centre temporisait trop longtemps avant de décider d’expédier le ballon dans la tête de son coéquipier Ludovic Blas. Neuf minutes plus tard, il envoyait une frappe… en touche. Bien intentionné mais maladroit, il cédait finalement sa place à Marcus Coco à la 80e.
- Publicité -