Connect with us

coupe du monde

L’arbitrage africain sous pression au Qatar ?

8 arbitres africains feront le voyage au Qatar pour officier lors de la Coupe du monde qui débutera le 21 novembre prochain. Parmi les huit heureux élus, deux d’entre eux ont beaucoup fait parler au cours de ces derniers mois pour des décisions arbitrales plus que douteuses : le Gambien Bakary Gassama et le Zambien Janny Sikazwe.

Le prochain Mondial au Qatar est le gros évènement de cette année 2022 sur la planète foot. La compétition sera l’occasion de voir sur les terrains ce qui se fait de mieux en termes de joueurs d’une part mais également en ce qui concerne les fameux hommes noirs : les arbitres.

L’Afrique a pu envoyer 5 sélections la représenter pour cet évènement de grande envergure, mais pas que, 8 arbitres africains ont été choisies par la FIFA pour fouler les pelouses qataries.

La liste des huit arbitres sélectionnés pour participer au Mondial est la suivante : Mustapha Ghorbal (Algérie), Redouane Jiyed (Maroc), Bakary Gassama (Gambie)Bamlak Tessema (Ethiopie), Victor Gomez (Afrique du Sud), Janny Sikazwe (Zambie), Maguette Ndiaye (Sénégal), Jean-Jacques Ndala (RD Congo).

Dans cette liste, 2 noms attirent l’attention et peut interroger. Le premier est celui de Bakary Gassama pour qui cela sera la deuxième participation à une Coupe du monde (après 2018) et le second est Janny Sikazwe pour qui cela sera une toute première.

Sikawze suspendu en 2018 pour corruption

Janny Sikawze, si ce nom ne vous dit pas grand chose, il s’agit de l’arbitre qui avait officié au match Tunisie-Mali le 12 janvier dernier lors de la CAN au Cameroun. Un match qui a vu l’arbitre zambien devenir l’homme du match et pas forcément pour de bonnes raisons.

Alors que la rencontre s’est soldée par une victoire malienne 1-0 sur les Tunisiens, une situation rocambolesque s’est déroulé en toute fin de rencontre. En effet, Sikawze a sifflé la fin du match à la…85e minute à la grande surprise des 22 acteurs. Se rendant compte de son erreur, l’homme en noir a relancé le match pour le terminer cette fois-ci à la 89e minute provoquant la colère légitime des Aigles de Carthage qui tentaient de revenir au score dans cette rencontre.

Plus improbable encore, Sikawze a rappelé les 22 acteurs du match plus de 20 minutes après la fin de la rencontre pour jouer les derniers instants. Cependant, les Tunisiens ont refusé de revenir sur la pelouse alors que certains joueurs étaient déjà dans le bus ou en train de répondre à la presse.

D’ailleurs, un recours de la Tunisie pour rejouer le match a été fait, sans succès. La Confédération Africaine de Football (CAF) rejeté la demande des Tunisiens et a défendu son arbitre, vicitme d’une insolation et qui n’était plus vraiment conscient de ce qu’il faisait selon la version officielle, ce qui expliquerait les décisions plus que douteuses prises par l’arbitre zambien dans cette fin de match entre le Mali et la Tunisie.

Ce fait d’armes pour Janny Sikawze vient entacher un peu plus sa réputation déjà bien écornée d’arbitre puisqu’on rappelle que le Zambien avait été suspendu en octobre 2018 par la CAF pour suspicion de corruption à la suite d’une demi finale retour de Ligue des Champions africaine entre l’Éspérance de Tunis (Tunisie) et Primeiro de Agosto (Angola) pour un arbitage douteux.

A lire aussi: Aliou Cissé: « Si ça ne dépendait que de moi, il y aura que des techniciens locaux sur les bancs des équipes nationales en Afrique »

1 Comment
Advertisement

Facebook

More in coupe du monde