Mercato – PSG/Inter Milan – Un crack… ou pas : Achraf Hakimi, c’est une question de système et de placement

1
25
achraf hakimi
Publicité

Priorité du PSG pour se renforcer au poste de latéral droit, Achraf Hakimi fait l’unanimité en Espagne, en Allemagne ou en Italie, les trois pays où l’international marocain est passé jusqu’ici. La tendance est claire. Son rendement et son impact varient largement selon le schéma de jeu dans lequel il évolue. Et son système privilégié n’est pas vraiment celui auquel Paris est habitué.

Cela pourrait être l’un des premiers gros transferts du mercato estival. Il ne reste plus beaucoup d’obstacles à l’arrivée d’Achraf Hakimi au PSG. Juste un accord avec l’Inter, qui demande quand même entre 60 et 80 millions d’euros pour son international marocain selon la presse italienne. Ce n’est pas encore fait. Mais Paris a clairement érigé le joueur de 22 ans comme une cible prioritaire pour combler ses manques criants sur le côté droit de sa défense. Un bon choix des dirigeants parisiens ? Probablement. Mais pas forcément.

C’est ce qui ressort de notre consultation auprès de nos rédactions en Espagne, en Allemagne et en Italie, les trois pays où Hakimi a évolué depuis le début de sa carrière. Trois pays où le Nerazzurro a fait forte impression. Trois pays où il est considéré comme une individualité forte à son poste. Justement. Si le Marocain fait l’unanimité, c’est sur le constat qu’il n’est pas un arrière latéral classique. Ce que son entraîneur Antonio Conte, désormais parti de l’Inter, a reconnu volontiers cette saison.

« Avec Hakimi, ce ne sera jamais une défense à quatre. C’est un pur ailier. Ce serait difficile pour lui de jouer dans une défense à quatre. Mais il est exceptionnel avec une défense à trois parce qu’il peut faire ce qu’il sait faire et il est couvert. »

Tirer le meilleur d’Hakimi dépend largement du système au sein duquel il est utilisé.
« Ce n’est pas une référence au poste d’arrière droit dans une défense à quatre, résume Davide Bighiani, notre confrère d’Eurosport en Italie. Mais il est certainement l’un des meilleurs au poste de milieu droit.« 

« Il ne sera jamais un vrai défenseur »

Les qualités offensives de achraf hakimi ne font aucun doute. Il les a confirmées cette saison avec 7 buts et 10 passes décisives en Serie A avec l’Inter, dans un 3-5-2 qui correspondait parfaitement à son profil. Le Marocain est beaucoup plus proche de celui d’ailier que de celui de latéral pur. Il n’a pas seulement une faculté impressionnante à déséquilibrer le bloc adverse par sa vitesse, sa technique son volume des courses et ses changements de rythme dans les phases offensives. Il sait aussi être décisif dans la zone de vérité.
Mais la médaille a son revers.
Ses projections vers l’avant laissent fatalement des espaces dans son dos qui mettent immédiatement sa formation en danger à la perte du ballon. Il n’est pas non plus le défenseur le plus rigoureux au duel. A 22 ans, il a encore une marge de progression dans ce domaine. Mais on ne chasse pas le naturel sur un coup de baguette magique. « Hakimi a certainement montré cette saison qu’il s’était beaucoup amélioré dans le domaine défensif, grâce aux enseignements d’Antonio Conte, mais il ne sera jamais un vrai défenseur« , estime Davide Bighiani.
Cela pose la question de l’intérêt de le recruter pour le PSG, compte tenu des besoins du club de la capitale. Traditionnellement, Paris évolue dans un système à quatre défenseurs et cela n’a pas changé avec l’arrivée de Mauricio Pochettino. L’Argentin privilégie le plus souvent un 4-2-3-1, avec des ailiers qui n’ont pas toujours le souci du repli défensif. Une configuration au sein de laquelle les latéraux ont un rôle offensif à jouer, notamment dans les dédoublements destinés à libérer des espaces aux attaquants. Mais leur priorité est surtout de bien défendre. Et de ce point de vue, Hakimi ne correspond pas forcément au profil recherché.

« Signer Achraf Hakimi, c’est investir sur le futur »

Exploiter pleinement les qualités d’achraf hakimi passerait vraisemblablement par un changement de système. Il reste peu probable à l’heure actuelle mais il n’est pas à exclure pour autant. Certains défenseurs parisiens, notamment Abdou Diallo et Thilo Kehrer, pourraient notamment être plus à l’aise dans un 3-5-2. « Au PSG, cela pourrait dépendre du nom du prochain entraîneur et de la place qu’il lui donnera sur le terrain« , souligne aussi Davide Bighiani, alors que les rumeurs d’un départ éventuel de Pochettino vont bon train.
La question du système soulèverait quelques incertitudes si le PSG venait à conclure le transfert de Hakimi. Mais cela ne doit pas forcément empêcher Paris de foncer sur le Marocain. « C’est probablement un bon choix du PSG, estime Jaime Trujillo. Signer Achraf pour 60 à 70 millions d’euros, c’est investir sur le futur, c’est une opportunité, et il faut se souvenir que l’Inter a déboursé 50 millions d’euros pour le recruter. Avec des joueurs comme Di Maria, Mbappé, Neymar et éventuellement Kean, il aura beaucoup d’espaces et les opportunités de se retrouver dans la surface adverse. Il aura évidemment un impact offensif. »
Publicité

1 COMMENTAIRE